La Forêt

Thomas Ott

Premier volume de la collection 25 Images
32 pages – 190 x 265 mm
Reliure cousue, cartonnée
Couverture sur papier texturé Efalin
Imprimé sur Munken Print White 150 g
Prix TTC France : 22 €
ISBN : 978-2-490393-19-0

À PARAÎTRE EN NOVEMBRE 2020

> Cliquez ici pour lire les premières pages.

Thomas Ott au sommet de son art
Après 12 ans d’absence (Thomas Ott se consacrant à l’illustration), le maître suisse de la carte à gratter nous livre ici enfin une nouvelle fiction. Une histoire courte, sans paroles, en 25 grandes images qui conduisent un jeune garçon à fuir au plus profond d’une forêt pour y trouver un refuge, mais aussi se confronter aux grandes terreurs des hommes et finalement faire l’expérience de suivre, sans peur, son propre chemin.

Certainement le récit le plus intime du maître suisse de la carte à gratter qui nous parle ici de cheminement, de réparation, d’espoir. 

Le principe de la carte à gratter
Avec un cutter japonais des lignes sont grattées dans la couche noire qui recouvre un carton blanc. Thomas Ott créé donc ses images en « dessinant » en blanc sur un fond noir, avec des petites touches de grattage successives. Un travail extrêmement minutieux pour lequel l’artiste n’a pratiquement pas droit à l’erreur.

Thomas Ott
Thomas Ott est né à Zurich en 1966 et a grandi à Birmensdorf, un petit village en bordure de forêt dans le canton de Zurich.

Il est diplômé de l’École des beaux-arts de Zurich et de l’Université d’art de Zurich (ZHdK). Il vit et travaille comme dessinateur de bandes dessinées et illustrateur à Zurich et à Paris. Ses illustrations sont publiées dans différents journaux et magazines à travers le monde. Ses dessins sont exposés dans des galeries à Berlin, Milan, Paris, Zurich…

« Maître de la carte à gratter », Thomas Ott est considéré aujourd’hui comme un auteur majeur de la bande dessinée indépendante

Thomas Ott travaille principalement avec la technique de la carte à gratter. Avec un cutter japonais, il gratte des lignes et des formes dans une couche noire qui recouvre un carton blanc. L’artiste crée donc son dessin en le traçant en blanc sur un fond noir par petites touches de grattages successifs. Un travail extrêmement minutieux pour lequel il n’a pratiquement pas droit à l’erreur.

Les livres de Thomas Ott sont publiés en Argentine, Espagne, États-Unis, France, Italie, Pologne, République tchèque, Suède, Suisse, Turquie et Russie.

Prix et récompenses
1995 : Prix Bloody Mary pour sa participation à L’Argent roi.
1996 : Prix Max et Moritz pour l’ensemble de son œuvre.
2006 : Prix Micheluzzi du meilleur livre de bande dessinée étrangère pour Cinema Panopticum.

« 25 images », une collection dédiée à la création de récits en images sans paroles

Il s’agit pour les auteurs de créer un format court en 25 images, une par page, en noir et blanc, sans textes, tel qu’il a été défini en 1918 par Frans Masereel avec son livre 25 images de la passion d’un homme, premier roman sans paroles moderne.

L’histoire sans paroles, un principe de Frans Masereel qui a inspiré une série d’artistes, graveurs sur bois, comme Lynd Ward, Otto Nückel ou encore Clément Moreaux (Carl Meffert) et que l’on retrouve aujourd’hui chez les créateurs de romans graphiques « alternatifs » et auteurs de bandes dessinées.

L’effet saisissant de ce format particulier agit comme un couloir sans échappatoire que le lecteur traverse d’une traite. Il est saisi d’un bout à l’autre du récit, il accueille le « piège » qui enserre son regard, jouissant à l’avance de la fin qui ne pourra que le surprendre. Une apnée visuelle pendant laquelle le lecteur plonge dans les profondeurs imaginaires de l’auteur pour émerger à la surface, étonné, émus et ravis de l’expérience. Puis, le livre fermé, comme un enfant au bas d’un toboggan, il court reprendre le récit à son début, pour un nouveau frisson dont il ne pourrait plus se passer, encore et encore.